A - Les NDE : simple hallucination

Débat - 13 novembre 2011, par Emmanuel-Juste DUITS

La NDE pourrait n’être qu’un simple phénomène psychologique, de type rêve ou délire hallucinatoire. De même que nombre de personnes perturbées et de psychotiques "voient" des anges ou des lumières en visions, ne serait-ce pas le cas des NDE ?

On entend ici hallucination au sens commun du terme, à savoir "délires subjectifs", un peu comme les visions d’éléphants roses !

Objection 1 : Cette classe d’hallucinations est diversifiée à l’extrême, chaque sujet puisant dans son vécu le plus intime des souvenirs et des fantasmes qui forment un délire singulier.
A l’inverse, on retrouve les mêmes phases, le même déroulement-type, certes parfois incomplet mais reconnaissable sans ambiguïté, dans chaque NDE, aussi différents que soient les expérienceurs.

Objection 2 : Une autre distinction doit être prise en compte : les hallucinations se produisent en état de veille, elles impliquent donc une activité cérébrale intense. Les NDE se produisent en état d’endormissement profond, et dans certains cas les sujets rapportent des souvenirs de NDE alors que leur électroencéphalogramme était plat.

Objection 3 : Enfin les hallucinations comportent un aspect angoissant (persécution par des voix, des démons etc.), alors que les NDE sont en grande majorité accompagnées d’un sentiment de paix.

Questions aux internautes :
- Existe-t-il des hallucinations qui correspondent aux NDE dans certains types de maladies psychiatriques ?

Point d’étape

- Ces objections montrent que la phénoménologie des NDE est trés différente de celle des délires subjectifs. Il semble donc impossible de réduire la NDE à de simples visions délirantes subjectives.

Néanmoins, d’autres hypothèses (hallucinations proches de celles ressenties avec des drogues, dépersonnalisation...) restent possibles.

11 Messages

  • > Les NDE : simple hallucination Le 18 janvier 2003 à 11:05

    pourquoi ne pas proposer si elle n’existe pas déjà une enquête auprès des services de réanimation pour repérer la réalité éventuelle du phénomène ?

    pour ma part en 20 ans de métier aucun rapport de patient évoquant une NDE

    • > Les NDE : simple hallucination Le 16 novembre 2003 à 18:43 , par ALZIEU

      J’ai écrit un récit vécu :’’Le Moriturovane’’qui n’est autre que la relation d’un rêve que j’ai fait-étant dans le coma, à la suite d’une pancréatite(un mois coma dont 20 jours de coma profond.)C’est un rêve terrible où se côtoient les forces infernales et d’autres, très proches du Bien.J’ai retenu toutes les images de ce rêve qui ont une extraordinaire acuité et ai donné un manuscrit de ce récit au chirurgien qui m’a sauvé, au départ de ma maladie...Je cherche à faire éditer ce récit et vous remercie d’avance si vous pouvez me communiquer des adresses d’éditeurs(ou de personnes)intéressées par mon livre qui relate une expérience parmi les uniques puisque j’ai été considéré lon gtemps-pendant ce coma_comme devant mourir...Le 20eme jour,le cerveau ne réagissait plus et seul le scanner fait d’urgence à Toulouse a permis de constater qu’il n’était pas atteint...Je reste à votre disposition pour tous autres renseignements.E-mail : christian.alzieu@free.fr(’’Pomadé’’09230 Tourtouse-Christian ALZIEU)

    • > Les NDE : simple hallucination Le 27 juillet 2004 à 15:48 , par Sabine

      J’ai tenté de questionner des réanimateurs, médicaux et chirurgicaux, des chirurgiens, des médecins traitants : aucune réponse, juste un petit sourire qui voulait en dire long sur l’avis qu’ils ont sur les NDE.

      • > Les NDE : simple hallucination Le 13 mars 2005 à 10:52 , par Christian Camus

        Ce sourire en disait peut être plus long sur leurs préjugés que sur leur expérience de la question. Avaient-ils fait la moindre tentative pour interroger des patients sans aucun a priori ?
        Je dirais même que ce sourire dit tout sur leurs préjugés et rien sur la réalité du phénomène.
        En 20 ans de métier, ce médecin a-t-il interrogé une seule fois un patient sans préjugé et sans parti pris ?

        • > Les NDE : simple hallucination Le 18 mars 2006 à 11:47 , par bruk

          article très interessant du dauphiné Libéré du 16 Mars 2006 "à l’école du paranormal"

          Paul-Louis Rabeyron ; titutlaire d’une chaire sur ce thème à la Catho de Lyon souligne l’importance des recherches scientfiques sur ce sujet , des phénomènes incontestables n’étant manifestement pas explicables dans le cadre des théories classiques, car sinon "d’autres s’en chargeront ,..evec des dérives sectaires..."

          l’artcile fournit des repères biblio interessants.
          E Duits et tout autre passionné peut avoir intérêt à se rapprocher de ce prof

          sites interessants mentionnés :
          http://www.metapsychique.org

          http://univ-catho.fr

    • > Les NDE : simple hallucination Le 2 juin 2004 à 12:45 , par anthony

      je ne sais pas..on crois a tant de chose quand on perd un être chère....on envoie bien des hommes dans l’espace....alors pourquoi ne pas créer une possibilité d’envoyer des hommes qu’on puise ramener aux portes de ce qui nous laisse avec trop de question..

  • > Les NDE : simple hallucination Le 15 octobre 2004 à 20:47 , par francarl

    Existe-t-il des scientifiques qui sont subit des NDE et capable d’honnêteté en cette matière.
    J’entends par là des personnes suffisamment fortes pour s’extraire du corporatisme scientifique et de la pensée dominante en la matière.

  • > Les NDE : simple hallucination Le 9 juin 2006 à 17:23 , par Sébastien Fernandez

    Je vous invite à venir découvrir ce site :

    http://palma.angustias.neuf.fr/index.htm

    qui traite des troubles mentaux ’(tel que le trouble bipolaire) et des capacités mentales (mémoire sensorielle, hypersensitivité).

    Dans le cadre de la sensitivité, j’ai pu découvrir que mon corps était capable de recevoir les stimulations d’un autre corps et ce via l’espace interactif riche en énergie chimique et electrique, conductible et conducteur, dans lequel nous vivons. ce qui a pour conséquence dans le cas où je sens une douleur qu’il peut y avoir trois origines face à une douleur.

    Cette douleur serait le résultat d’un organe qui est malade
    Cette douleur serait d’origine psychomatique, mon corps somatise un état d’âme.
    Cette douleur est passagère et serait la douleur d’une personne avec qui le courant passait si bien comme on dit que j’ai même senti ce qu’il sentait dans son corps. En étant centré sur autre chose, cette douleur a disparu.

    Ainsi un médecin se trouve confronté à ces trois situations et doit veiller à savoir distinguer par un examen approfondi si l’organe est atteint et nécessite d’un traitement suivi et adéquat.

    En espérant que ce site réponde à vos attentes,

    Merci et à bientôt