Pour un Débat Démocratique Déroulant ou Discipliné

avril 2002, par Eric BRUCKER

En février 2002 une enquête Sofres révèle que pour plus des trois quarts des français (78 %) Internet représente l’accès de tous au savoir et à l’information.
En 2010 la standardisation d’une méthode rigoureuse de débat démocratique discipliné sur Internet aura transformé radicalement les concertations et débats publics dans tous les domaines en privilégiant l’émergence d’idées neuves et en déroulant des enchaînements rationnels. Mutation du « village mondial » ?

Vous pouvez être un des pionniers de cette aventure……

DDD2010 ou Le Débat Démocratique Discipliné en 2010

« Voilà une bonne nouvelle ! » s’écrie M Dupont . Son intervention vient d’être acceptée comme nœud d’arborescence dans le débat méthodique sur l’euthanasie ! Ce débat enflamme les passions depuis des années.
Il a commencé au début du siècle, d’abord en pointillé, des médecins reconnaissant avoir « abrégé » les souffrances de leurs patients, puis par la revendication officielle de cas extrêmes. M Dupont se rappelle qu’en ce temps-là les gens s’affichaient « pour » ou « contre » d’emblée, sur quelques professions de foi lapidaires, sans même connaître les argumentations de leurs adversaires, ou en les caricaturant. De vrais dialogues de sourds dans tous les médias !

Des premiers balbutiements au tournant du millénaire …

Sur Internet les interventions se succédaient dans les forums en juxtapositions interminables. Certaines étaient intéressantes, mais noyées dans un flot de banalités répétitives, ponctuées de réactions d’humeur, elles étaient vite oubliées. Dans ce chaos chacun se lassait vite, avec l’impression de perdre son temps.

Il y avait aussi des sites engagés. L’argumentaire y était parfois mieux structuré, mais chacun bien évidemment prêchait pour sa paroisse…caricatures de débats !

Les moteurs de recherche fournissaient des catalogues volumineux d’études sur le sujet. On se retrouvait alors avec des centaines de pages à classer, trier, décortiquer, pour comprendre les articulations principales du problème et extraire les propositions majeures et leurs critiques, et ceci bien évidemment dans toutes les langues.

Chacun faisait ce travail dans son coin, à sa manière, selon son temps disponible, amateurisme sympathique …qui ne facilitait pas de vrais dialogues constructifs…

… à l’avènement du débat méthodique


Mais avec la généralisation du standard de débat démocratique discipliné DDD, tout a changé !
Désormais chacun peut prendre connaissance de l’état d’avancement d’un problème et de ses principales articulations pour nourrir sa réflexion avant d’avancer une opinion ! Ceci au niveau mondial, la méthode s’étant banalisée en standard avec lequel les internautes se sont familiarisés au même titre que les logiciels word ou outlook express !
Seules les interventions considérées comme apportant un élément nouveau au débat sont intégrées par les modérateurs de site…

C’est pourquoi M Dupont est ce matin particulièrement content !
Il parcourt rapidement l’arborescence qui, à partir des radicules des réactions spontanées, fait vite apparaître deux lignes de force principales qui développent leurs logiques propres : la logique du « chacun est maître de sa propre vie » et la logique du « chaque vie est chaînon d’une dynamique d’interdépendance ». Il parcourt cette branche, clique au passage sur quelques tableaux matriciels qui résument les interactions entre euthanasie et évolution démographique, chômage, immigration et diversité culturelle, avant d’aborder les branches des solutions pratiques proposées.
Il constate que les grands clivages sur les principes n’empêchent pas des rapprochements au plan des solutions pratiques : réconfortant : il est possible de faire dialoguer sous de communs ombrages des branches de troncs différents !
Là les tableaux comparatifs sont plus fournis : en cliquant sur les cases on a accès à des développements intéressants auxquels on peut mettre en marge en direct ses propres annotations…qui seront éventuellement intégrées au débat.
Bien évidemment l’ensemble est dans la langue de son choix, ce qui permet l’universalité du débat, même si toute traduction est imparfaite….

M. Dupont vérifie l’information que le modérateur lui avait envoyée par e-mail : son intervention est bien intégrée au site sans être déformée : « système de points incitant les retraités valides à accompagner des malades en soins palliatifs à titre bénévole », c’est bien cela ! « avec en contrepartie un « crédit » d’assistance analogue quand ils seront dans une situation semblable » -c’est le point le plus original de ma proposition - se dit-il.
Tiens ! il y a déjà deux réactions : l’une pour et l’autre contre, celle-ci faisant référence à une expérience au Japon qu’il ne connaissait pas….pourquoi a-t-elle échoué ? M Dupont se frotte les mains : le débat progresse…sa petite pierre n’a pas été inutile ! « Continuons » s’exclame-t-il ! « mais auparavant, un petit footing » !

Des agences de notation garantes de la qualité des débats


Il se lève puis se ravise et revient à l’écran : En deux clics il est sur la page du « rating » du débat : il constate que le rating approfondi est DDC ce qui est bon mais il fronce le sourcil au rating « flash » : DDA seulement ! Il clique sur l’historique : une critique innovante n’a pas été prise en compte par le modérateur depuis huit jours et celui-ci ne s’en est pas encore expliqué…M. Dupont constate que son intervention n’est pas directement concernée et se dit que ce petit problème sera vite éclairci…. pas de quoi retarder davantage le footing…
En se promenant M.Dupont ne peut s’empêcher de repenser à cet incident de l’audit. Certes la perfection n’est pas de ce monde, mais que de progrès depuis les premiers balbutiements des débats démocratiques disciplinés !

Au lancement d’un débat une certaine partialité est inévitable :
En élaborant ses premières questions et en les structurant pour lancer le débat, le modérateur agit nécessairement en fonction de ses convictions et réactions personnelles.
Certes, maintenant, le modérateur est devenu une équipe fournie, sélectionnée dans le monde entier, et qui a rôdé le débat pendant plusieurs mois avant de le lancer publiquement. Car la concurrence est rude et les enjeux en termes d’audience considérables : Sur l’euthanasie les trois majors mondiaux du débat public sont au coude à coude ! En fait leurs différences sont surtout au niveau du style et de la présentation car, bien entendu, M. Dupont va présenter aux deux autres la proposition acceptée par le modérateur du premier et, sauf si elle ne s’intègre pas logiquement dans l’état d’avancement du site, elle sera prise en compte - ne serait-ce que par crainte de l’agence de notation !
Toutefois il arrive que sur certains thèmes la structuration initiale du débat conduise à des différences durables entre concurrents sans que l’agence de notation n’ait à relever des écarts notables d’impartialité et de rigueur dans l’application de la méthode.

D’ailleurs périodiquement la concurrence renaît au niveau des agences de notation car l’objectivité mathématique absolue n’existe pas dans ce domaine. Il faut pour cela que le sujet soit sensible et au centre de tensions politiques majeures, car le travail d’une agence de notation est devenu considérable : elle doit « scanner » en permanence tous les sites de débat méthodique pour un rapport « flash » hebdomadaire suivi d’un rapport approfondi trimestriel.
La meilleure note est DDD, la moins bonne AAA…le contraire des notations financières….
L’ONU veille au maintien d’au moins deux agences de notation indépendantes, après avoir fait échec au rapprochement de deux mastodontes, tentative suspectée de ne pas être innocente…
Les sages des comités mondiaux d’audit de débats DDD sont en effet devenus en quelques années des personnages de premier plan bien que personne ne connaisse l’opinion personnelle de chacun d’eux sur les sujets dont ils notent la qualité méthodique du débat…. mystère qui renforce leur aura !

L’essor des débats démocratiques disciplinés a modifié la vie politique, surtout depuis ce jour historique, le 18 avril 2007, où le candidat favori à une élection présidentielle a subi un triple A pour son site qu’il prétendait ouvert au débat démocratique…Ce bonnet d’âne mit fin à sa carrière. Rien n’est pire que la risée collective.
Depuis lors il n’y a pratiquement plus d’élection sans tableau comparatif des propositions des candidats… .et ceux-ci suivent de près les réactions à ces tableaux et à leurs développements en arborescences, matrices et graphiques de positionnement…

Passage au vote ?


Certains sites DDD organisèrent des votes-sondages sur des débats sensibles, votes intéressants car non plus « spontanés » mais mûris par la visualisation d’arborescences et de tableaux complexes. Mais ces expériences furent abandonnées malgré un certain succès.
En effet elles nuisaient à la sérénité nécessaire au débat méthodique en attisant les passions par des compétitions de rapport de forces ce qui relève du domaine politique. Personne n’a à gagner au mélange des genres…….

Cette clarification a favorisé l’essor des sites DDD comme simples outils de réflexion accroissant très sensiblement l’efficacité des processus décisionnels et désamorçant des conflits inutiles par une meilleure compréhension mutuelle. Les confrontations publiques ou privées en réunions ou colloques divers n’en devinrent que plus passionnées... et passionnantes…et comme telles se multiplièrent !

Vos commentaires

  • Le 28 mars 2003 à 22:05, par Sammy Deano En réponse à : > Pour un Débat Démocratique Déroulant ou Discipliné

    Hyperdébat

    Cela me paraaît une idée intéressante, car il y a longtemps que je souhaite voir exister quelquechose de ce genre, dans un but à la fois pédagogique et démocratique et j’y ai réfléchi pendant quelque temps.

    Il est frustrant de devoir obéir à des lois que l’on ne comprend pas, fussent elle la voix de la majorité, et de ne pas pouvoir obtenir d’explication, sous prétexte qu’"on ne peut s’occuper de tout le monde" et bien entendu, vous faites précisément partie de ceux dont on n’a pas le temps de s’occuper.

    Un tel outil permettrait à chacun de pouvoir confronter ses idées, sans être tributaire de la patience ou de la disponibilité des autres. De plus, il permet de mettre sur un pied d’égalité ceux qui rejoignent une communauté et se sentent exclus du débat, sous prétexte que tout a été débattu auparavant.

    Je proposerais, comme sujet de débat, le cahier des charges d’un outil d’Hyperdébat. Cela permettrait en même temps de le tester en temps réel.

    Parmi les spécifications d’un tel outil, je verrais :

    - qu’il soit orienté vers une démarche rationnelle et scientifique d’approche de la vérité ; qu’il incite à vérifier les faits, à faire des simulations, à faire explicitement référence à une autorité (que l’on peut également critiquer), a distinguer les hypothèses des conclusions, à étayer ses affirmations, à identifier et expliciter les principes et valeurs sur lesquels reposent notre opinion, etc.

    - qu’il soit intéractif : que la granularité des "noeuds" ne soit pas supérieure à une page, ce qui ne subordonne pas le départ du débat à la lecture de gros documents avec lesquels on peut être en désaccord dès la première page.

    - qu’il soit profitable à l’utilisateur : celui-ci - s’il joue le jeu - doit soit se voir reconnaître la justesse de ses arguments, soit se voir enrichi d’une connaissance nouvelle, qui l’aidera à améliorer son opinion.

    - qu’il ne soit pas normatif : on accepte plus volontiers un argument s’il est présenté sous la forme "si vous faites cela, alors il se passera ceci", plutôt que "il ne faut pas faire cela, parce que c’est dangereux"...

    - qu’il soit sans enjeu immédiat d’ordre matériel ou de pouvoir, afin que le débat puisse être serein.

    L’ensemble composé de l’outil et de ses utilisateurs doit former un "cerveau collectif" orienté vers la réflexion. Il doit être bien séparé des fonctions connexes : sensibilité et motricité (que l’on retrouve dans une collectivité sous la forme de "sensibilisation" et "mobilisation" et qui existent sous d’autres formes sur l’Internet).

  • Le 16 avril 2003 à 21:49, par Eric BRUCKER En réponse à : > Pour un Débat Démocratique Déroulant ou Discipliné

    A Sammy Deano

    Votre commentaire rejoint parfaitement nos préoccpations et notamment la charte que nous avons mis en ligne.
    C’est ainsi, sur Internet, que notre petit groupe fondateur s’est trouvé et constitué !

    En pratique note site, très perfectible a comme difficulté majeure le très petit nombre des interventions constructives, au delà de simples propos d’encouragement.
    r ce n’est qu’à partir de ces interventions qe nous pourrons améliorer la méthode en perfectionnant des outils tels qu’arboresences, tableaux comparatifs et "pop-ups" renvoyant, comme vous le sggérez à des textes plus volumineux en illustrations.

    En 2° priorité il nous font intégrer dans notre équipe un spécialiste des techniques web...ce qui est difficile à trouver à titre bénévole...

    Vous serez d’autant plus le bienvenu dans notre équipe que vous pourrez nous aider sur l’un ou l’autre de ces deux points majeurs.

    Bien codialement