Fin du ferroutage entre la Tchéquie et l’Allemagne

jeudi 3 juin 2004

Le ferroutage, donc le transport des poids-lourds et leurs chauffeurs sur des wagons de chemin de fer, existait depuis 1994, sur la ligne de chemin de fer reliant Lovosice, en Tchéquie, à Dresde, en Saxe allemande. Ce système de transport de fret, destiné surtout à réduire le nombre de camions sur les routes et donc à protéger l’environnement, était subventionné par les deux pays : dans les 3 millions d’euros par an pour la partie tchèque, trois fois plus pour la partie allemande. (...)

Force est de constater que les transporteurs routiers boudent le ferroutage. En effet, depuis l’entrée de la Tchéquie dans l’Union européenne et la fin des contrôles douaniers, il n’y a plus de bouchons aux frontières. Ceux-ci étaient la principale raison de l’utilisation du ferroutage. En plus de cela, ce moyen de transport a augmenté ses prix. Une politique à revoir des deux côtés de la frontière, car en Europe de l’ouest, en France par exemple, le ferroutage se développe, au bonheur de l’environnement et de la bonne santé des citoyens.

Voir en ligne : Radio Prague

Vos commentaires

  • Le 4 juin 2004 à 23:03, par Eric BRUCKER En réponse à : > Fin du ferroutage entre la Tchéquie et l’Allemagne

    Il est évident que ce n’est pas aux camionneurs à payer directement le surcoût du ferroutage, mais aux pouvoirs publics, en taxant adéquatement l’ensemble des transports routiers pour l’entretien des routes et les nuisances liées à leurs pollutions....ceci en attendant le quintuplement du prix du pétrole suite à la raréfaction des réserves faciles à exploiter....quasi- certitude mathématique dont seule l’échéance est une variable sur laquelle on puisse influer...